Logo Metropole

Au secours des grenouilles

1 jour 13 heures ago
Deux bassins de rétention à la lisière du bois du Roule sur les hauteurs de Darnétal, ont révélé une biodiversité insoupçonnée. Deux bassins pour récupérer les eaux de pluie et éviter les inondations. Celui en aval, au fil des ans, s’était recouvert de joncs et d’iris. Trop de plantes, au point de risquer de boucher l’écoulement. Le service assainissement de la Métropole a entrepris de le curer, en déplaçant les plantes dans le bassin en amont, pour préserver la biodiversité. Sous la bâche qui recouvrait le fond du bassin récuré, on a trouvé notamment des tritons crêtés, des grenouilles agiles, des espères rares et protégées. Les amphibiens hibernent. Du coup, le service environnement entreprend de les déplacer d’un bassin à l’autre, pour recréer un écosystème viable et préserver les espèces. Le travail conjoint des services de la Métropole donne aux deux bassins leur allure d’aujourd’hui. En bas, le bassin de rétention de nouveau fonctionnel, en haut, le second bassin aménagé en partie en mare, à peine troublée par les chants d’amour des grenouilles et le vol des libellules. Une pente douce permet aux amphibiens de passer de la mare à la forêt. « Les grenouilles passent trois mois de l’année dans l’eau, le reste du temps, c’est une espèce terrestre », explique Guillaume Glère, conducteur d'opérations biodiversité à la Métropole. Ces travaux ont été préalablement autorisés par la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement). La bâche abîmée du bassin curé a été retirée pour améliorer l’écoulement des eaux. 420 tritons alpestres, palmés, ponctués et crêtés, et 85 grenouilles rousses et agiles ont été déplacés vers le bassin d’accueil. La Métropole va surveiller l’évolution de ces populations pendant trois ans au moins.

Pass sanitaire dans les lieux culturels métropolitains

2 semaines 1 jour ago
Suite aux dernières annonces du Président de la République et à leur application réglementaire, le Pass sanitaire est obligatoire dans tous les lieux de culture et de loisirs à compter de ce mercredi 21 juillet. La Métropole Rouen Normandie met en œuvre une vérification de celui-ci sur l’ensemble des lieux culturels du territoire où se déploie sa programmation estivale et qui reçoivent simultanément plus de 50 spectateurs. Sont ainsi concernés par ce dispositif de contrôle : le Musée des Beaux-Arts, l’Aître Saint Maclou, le Château Robert le Diable, la Place de la cathédrale à l’occasion des projections Cathédrale de lumière ainsi que la base de loisirs de Bédanne. Le public est donc invité à se munir du QR Code via l’application « Tous Anti Covid » ou d’un justificatif sur format papier. Chacun devra également se munir d’un document (avec photographie) attestant de son identité. Le « pass » est exigé à compter de 11 ans. Mais l’obligation du « pass sanitaire » est repoussée au 30 août pour les jeunes de 12 à 17 ans. La raison en est que la vaccination n’ayant été ouverte, pour cette catégorie d’âge, qu’au mois de juin, des millions de jeunes auraient été contraints d’effectuer des tests à répétition pour toutes leurs activités estivales, à partir du 21 juillet. Cet aménagement permettra, d’ici au 30 août, aux 12-17 ans d’être vaccinés. Des réponses à vos questions sur le pass sanitaire sont sur cette page web mise en ligne par le gouvernement. Malgré la mobilisation des personnels et prestataires pour mener à bien ces contrôles, un délai d’attente pourra être occasionné, il est donc conseillé de venir à l’avance afin d’assurer le bon déroulement des manifestations. Concernant les autres musées de la Réunion des Musées Métropolitains, la jauge sera mesurée de façon à la maintenir en deçà de 50 personnes, seuil fixé par la réglementation. Il en sera de même pour les équipements de la Réunion des Équipements Culturels (le Donjon, la Panorama XXL et l’Historial Jeanne d’Arc). La Métropole a conscience de la gêne occasionnée. Elle mettra tout en œuvre pour en limiter les effets avec la volonté de respecter les consignes de sécurité et de santé publique. Elle se réserve à tout moment la faculté d’adapter ces dispositifs en fonction de l’évolution de la situation et des premiers enseignements tirés de la mise en œuvre de ces mesures.

L'aventure près de chez vous

2 semaines 2 jours ago
L'association Des camps sur la comète propose des séjours sur le territoire de la Métropole et en pleine nature. Guillaume, Émilie, Éve et Pierre  ont  un point commun : la passion pour les activités de plein air et le camping. Ils ont créé l'association Des camps sur la comète à Saint-Aubin-Épinay. " On travaillait tous les quatre dans des colonies de vacances et on formait des animateurs" explique Guillaume Viger cofondateur de l'association et lauréat du concours Créactifs de la Métropole. L'idée est de proposer des séjours à proximité et en pleine nature. "Cet été, deux colonies sont proposés, en tente, à côté de la la Maison des forêts d'Orival et deux autres itinérants à vélo sur la boucle de la Seine. Nous réfléchissons à de futurs séjours pour parents et enfants, le temps d'un week-end. On n'a pas besoin de partir loin pour partager une expérience avec la nature. Pas de rafting, ni de ski nautique ou d'escalade : les enfants apprennent à faire du feu et cuisiner. Ils utilisent les matériaux trouvés dans la nature pour construire une cabane, un cerf-volant ou des épées, des flèches... À la tombée de la nuit, ils observent les animaux. Les participants repartent avec d'agréables souvenirs de la nature. Ce sont des moments simples !" Plus d'infos

Arthur Germain : la Seine à la nage

2 semaines 6 jours ago
Arthur Germain s'est lancé le pari fou de descendre la Seine à la nage. Il fait une halte à Rouen sur Mer le samedi 17 juillet. 784 kilomètres à la nage en 52 jours et sans assistance. Le défi physique est à la mesure des ambitions portées par Arthur Germain. Le fils de la maire de Paris, Anne Hidalgo, est le plus jeune Français à avoir traversé la Manche à la force de ses bras et de ses jambes. Pour ce jeune aventurier de 19 ans, il s’agit d’abord d’une aventure humaine. «Je veux porter un message positif. Sensibiliser un maximum de personnes à la beauté de la nature. La Seine propose des paysages très variés. Parfois très artificialisés, mais aussi très sauvages.» Autant de richesses à préserver pour Arthur Germain qui a pris son premier bain en eau vive à 6 mois, dans le Loing, un affluent de la Seine. Un retour à la source en quelque sorte. Le sportif fait une halte à Rouen, le samedi 17 juillet, aux alentours de 17h15. Il profite des installations de Rouen sur Mer pour se reposer. L'occasion aussi de partager un moment avec les personnes qui passent la nuit sous un tipi ce soir-là. Le lendemain, il sera présent à Rouen sur Mer, de 10h30 à 11h30, pour échanger autour de son aventure. Splendide ! Un grand merci à Jérôme Habasque pour ces superbes images et ce beau montage 😍 #laseinealanage pic.twitter.com/W8kqlYT3sB — Arthur Germain (@ArthurG_H) July 11, 2021 Autonome en nourriture, grâce au kayak qu’il traîne derrière lui, Arthur Germain a néanmoins besoin qu’on le ravitaille en eau potable lors de ses bivouacs. «Et parfois aussi de prendre des douches. Pour cela, je compte sur la générosité des personnes qui suivront mon parcours. Dans le défi qui nous attend pour préserver notre planète, rien ne sera possible sans cette mutualisation des bonnes volontés. On peut commencer par se reconnecter ensemble à la nature.» D’un tempérament hyperactif, Arthur Germain passe 5 à 6 heures par jour dans l’eau, «le temps de rêver et de méditer.» Et après Le Havre et la mer ? «Pourquoi pas un changement de décor ? En montagne, pour pousser l’expérience d’une vie en pleine nature encore plus loin et dans des lieux plus sauvages.» Suivez son aventure au jour le jour

Visite virtuelle des monuments de Rouen

3 semaines 6 jours ago
Explorez virtuellement trois lieux incontournables du patrimoine rouennais : l’Historial Jeanne d’Arc, le Donjon de Rouen et l’Aître Saint-Maclou. Ces sites témoignent à eux seuls des faits les plus marquants de l’Histoire de la ville, depuis les origines romaines, les grandes vagues d’épidémie de peste, la guerre de cent ans et le siège de la ville, jusqu’à l’occupation allemande. Depuis un ordinateur, une tablette, un téléphone, vous découvrez ces lieux librement et gratuitement, en circulant à l’intérieur même des lieux pour en apprécier les détails comme les vues d’ensemble. Historial Jeanne d’Arc, au cœur du palais des archevêques Grâce à cette exploration virtuelle, le public découvre l’archevêché de Rouen où prend place l’Historial Jeanne d’Arc. Entièrement restauré en 2015, ce monument historique est le témoin des époques romane comme gothique. D’abord cour de justice où se sont notamment tenus les procès de Jeanne d’Arc, il est ensuite le lieu de vie des différents prélats. Inédite à plus d’un titre, cette exploration virtuelle permet au public de parcourir les salles de l’archevêché comme il ne peut les voir habituellement. En effet, lors de la visite de l’Historial, le lieu est animé par une scénographie où le visiteur découvre l’épopée de Jeanne d’Arc. Cette exploration permet donc de découvrir ce lieu, en dehors de la scénographie et des projections numériques qui habitent ses pierres au quotidien. Découvrez la visite virtuelle de l'Historial Jeanne D'Arc Le Donjon de Rouen, le dernier vestige du château de Rouen Construit sur un ancien théâtre romain, le Donjon de Rouen est le dernier vestige du château de Philippe Auguste. Il a été au centre de la guerre de cent ans et de son point d’orgue, le siège de Rouen en 1419. Jeanne d’Arc a elle-même été menacée de torture à l’intérieur de ses murs. Durant l’occupation, le Donjon a été transformé en bunker par les forces allemandes. Une dalle en béton a été construite pour le protéger des attaques aériennes. Depuis 2016, le Donjon de Rouen propose au public un escape game historique. Durant cette exploration virtuelle, le public est invité à découvrir les nombreuses preuves de l’histoire du lieu, dans le décor de l’escape game, depuis la plaque symbolisant le passage de Jeanne d’Arc jusqu’à la dalle en béton au 3e étage, habituellement inaccessible au public. Découvrez la visite virtuelle du donjon L’aître Saint-Maclou, un ossuaire médiéval Cette exploration virtuelle de l’aître Saint-Maclou entraine le public à la découverte de ce lieu magnifique et emblématique du patrimoine rouennais. Particulièrement apprécié du public, il est un lieu de vie pour tous. Au cours de cette déambulation, le public découvre l’histoire unique du site. D’abord charnier dès le 14e siècle, il devient un lieu d’éducation dès le 17e siècle jusqu’en 2014. De sa mission de cimetière, l’aître conserve de magnifiques sculptures sur colonnes, la danse macabre. Magnifiquement restaurée, la danse macabre de l’Aître Saint-Maclou est un des plus beaux exemples en Europe. Cette exploration permet d’arpenter la cour carrée et le passage Géricault. Découvrez la visite virtuelle de l'aître Saint-Maclou
Vérifié
59 minutes 38 secondes ago
S'abonner à Flux Métropole Rouen Normandie